Changement générationnel en Ouganda – à la fois défi et opportunité

Lorsque des personnes différentes se réunissent, c'est une chance de rassembler et de développer des idées et de créer de nouvelles inspirations pour l'avenir. Cependant, des opinions et des points de vue différents peuvent également alimenter des conflits et ainsi tuer dans l'œuf des projets d'avenir créatifs. Ces conflits peuvent également survenir entre différentes générations. Des convictions et des points de vue différents sont susceptibles de provoquer des désaccords. Connaître les pièges et les dangers potentiels de tels désaccords peut aider à établir un consensus et à canaliser les idées - les défis se transforment en opportunités.
Verena Dietz

La transmission d’une exploitation agricole entre un parent et une jeune génération peut être un excellent exemple de ce type de conflit – cela est possible, mais pas nécessairement le cas. En tant qu’Académie Andreas Hermes, nous accompagnons depuis des décennies le processus de changement générationnel avec différents concepts de conseil dans les exploitations agricoles allemandes et autrichiennes. Ce n’est pas un phénomène allemand ou européen. Sur d’autres continents également, le choc des générations peut provoquer des conflits. Ici aussi : cela peut se produire, mais cela ne doit pas nécessairement être le cas.
Donner aux personnes concernées un mélange de compétences dures et douces appropriées est une méthode qui peut rendre le processus harmonieux et mener au succès – pour les deux générations. Sur la base de cette conviction et des enseignements tirés de l’expérience allemande, l’idée est née de développer un concept de conseil pour le processus de transfert de la ferme dans le contexte africain. Et parce que nous sommes convaincus que les connaissances et les compétences sont généralement déjà là, que vous pouvez les voir et les percevoir, nous avons non seulement commencé à développer un concept pour le contexte africain dans notre bureau de Bonn, mais nous avons également utilisé notre partenariat fructueux de longue date en Ouganda avec l’Association des jeunes agriculteurs ougandais (UNYFA).

L’agriculture joue un rôle important dans ce pays d’Afrique de l’Est, qui a des frontières avec le Kenya à l’est, le Sud-Soudan au nord, la République démocratique du Congo à l’ouest et le Rwanda et la Tanzanie au sud. Le secteur agricole représente environ 24 % du PIB total et 60 % des 42 millions d’habitants y sont employés. Toutefois, le secteur agricole devient moins attrayant pour la jeune génération et, malgré la proportion encore élevée de la population rurale, de nombreux jeunes partent en ville pour chercher du travail. Le rejet de l’agriculture en tant qu’emploi est dû à plusieurs raisons. D’une part, cela est lié au travail difficile, souvent peu mécanisé, et à l’espoir d’une vie meilleure en ville. D’autre part, il est souvent difficile d’acquérir des terres ou d’en hériter. Cela est dû à un cadre juridique opaque et, surtout, à des dispositions culturelles qui compliquent le processus de la transmission d’une exploitation agricole.

C’est exactement là qu’intervient notre nouveau projet “GenX – le changement générationnel comme opportunité”. L’objectif est d’accompagner et de conseiller les agriculteurs ougandais concernés sur la voie de la transmission de leurs exploitations. Le projet est conçu comme un projet pilote. Il devrait être possible d’adapter ultérieurement les modules et processus développés à d’autres contextes nationaux. Trois ateliers constituent les principaux éléments du projet : un atelier d’évaluation pour faire la lumière sur le transfert des exploitations agricoles en Ouganda, pour identifier les parties prenantes et déterminer les besoins du groupe cible, et deux ateliers de conseil qui s’appuient l’un sur l’autre. Les agriculteurs concernés par la transmission de leur exploitation peuvent s’inscrire à ces ateliers. Au cours des deux ateliers, ils recevront un contenu pertinent et adapté au contexte ougandais sur le droit, l’économie, mais aussi sur la gestion des conflits et la communication dans le processus de transmission des exploitations agricoles.

L’atelier d’évaluation était prévu du 10 au 12 mars à Kampala, la capitale de l’Ouganda. À cet effet, les deux formateurs AHA, David Bermudez et Anton Bojanovsky, et moi-même, en tant que responsable du programme, étions déjà dans les starting-blocks pour le départ. Les contenus ont été planifiés et développés conjointement par les deux formateurs de l’AHA au préalable. David et Anton ont tous deux de nombreuses années d’expérience dans l’accompagnement des transmissions d’entreprises en Allemagne et en Autriche.

1)	Verschiedene Teilnehmer aus Politik, Wirtschaft und Verbänden kamen zusammen, um gemeinsam zu überlegen, was zu einer erfolgreichen Hofübergabe in Uganda notwendig ist, welches Beratungsgebot bereits existiert und welches entwickelt werden müsste.
Divers participants issus du monde de la politique, des affaires et des associations se sont réunis pour réfléchir ensemble à ce qui est nécessaire pour un transfert réussi des exploitations agricoles en Ouganda, aux services de conseil qui existent déjà et à ceux qu'il faudrait développer.

Cependant, nos projets de voyage ont été contrariés. Moins de 24 heures avant le départ, le gouvernement ougandais a imposé une quarantaine obligatoire de deux semaines aux voyageurs allemands entrant en Ouganda. Il nous était impossible d’entreprendre le voyage.

Mais l’UNYFA ne serait pas l’UNYFA s’ils n’avaient pas modifié l’organisation de cet atelier sans plus tarder. L’équipe de deux formateurs locaux a rapidement été renforcée par une formatrice professionnelle ougandaise. L’atelier a pu avoir lieu – et a été un succès.

27 participants issus de différents domaines du secteur agricole se sont réunis : du secteur juridique, de diverses coopératives, d’ONG, de cabinets de conseil, d’hommes politiques et d’agriculteurs de différents âges. En deux jours, la situation de la transmission des exploitations a été analysée et le besoin en conseils a été identifié. En conclusion : il existe des concepts très différents de transmission d’exploitation, selon les cultures, les régions, mais aussi selon les personnes.
Par exemple, Brain Ogolo, 27 ans, a pu prendre possession de la terre de son père dans le nord de l’Ouganda. Elle était auparavant exploitée par sa tante. Il a cependant pu reprendre cette terre suite à un accord réciproque et a également reçu celle de son oncle, dont les enfants ne manifestaient aucun intérêt à l’idée de la reprendre. Ou encore le veuf Nshagano Philoena, qui a fait enregistrer l’exploitation familiale de 80 hectares en tant qu’entreprise, qui est maintenant gérée conjointement par la famille. Les responsabilités en matière de marketing, de finances et de gestion sont partagées entre les membres de la famille. De cette façon, il n’est pas nécessaire de diviser cette grande entité et la rentabilité reste assurée. Les autres participants à l’atelier sont toujours à la recherche de la solution idéale pour eux, selon Emmanuel Kyeishe, propriétaire de bétail âgé de 56 ans. Même s’il dirige l’entreprise familiale, les animaux appartiennent toujours à leur père. La famille de Kyeishe veut également faire enregistrer la ferme en tant qu’entreprise afin de trouver une solution acceptable pour tous. Et Patrick Delba Kiya, propriétaire d’une ferme spécialisée dans les fruits et les herbes aromatiques dans l’est de l’Ouganda, réfléchit à la manière dont il pourrait motiver ses enfants à reprendre la ferme par la suite. Selon lui, les plus grands problèmes sont de générer suffisamment de profits de l’agriculture et de l’attribution documentée des droits fonciers. Au cours de l’atelier, les participants ont rapidement convenu que la transmission des fermes ougandaises présentait trois grandes lacunes : avant tout, des connaissances juridiques et économiques ainsi que des compétences en matière de communication et de conflit sont nécessaires.

Nous avons suivi l’atelier avec enthousiasme depuis l’Allemagne et l’Autriche et nous avons été informés des progrès réalisés lors d’une conversation Skype en soirée après chaque journée d’atelier. Les ateliers de consultation suivants seront désormais également organisés localement et nous y participerons “uniquement” sous forme numérique. Mais nous en sommes convaincus : le Corona virus fait ressortir beaucoup de choses positives à ce stade. Malgré les milliers de kilomètres qui nous séparent, rien ne s’oppose à un échange intensif et au développement de projets communs. Grâce à leurs nombreuses années d’expérience, nos formateurs AHA soutiennent les experts ougandais des secteurs juridique, financier et de la communication partout où ils le peuvent : Comment puis-je enregistrer mon exploitation ? Comment puis-je acquérir des biens ? Qu’est-ce qui rend ma ferme rentable pour que mes enfants veuillent la reprendre et en vivre ? Et comment aborder des questions aussi sensibles dans ma famille, résoudre les conflits et créer un consensus ?

À toutes ces questions et à tous ces problèmes, il faut maintenant trouver des réponses qui accompagneront enfin l’agriculteur sur la voie de la transmission de son exploitation. Nous nous en réjouissons !

Soutenu par

Impressions

Assessmentworkshop
Assessmentworkshop UNYFA
Assessmentworkshop
Assessmentworkshop UNYFA
Assessmentworkshop
Assessmentworkshop UNYFA
Assessmentworkshop
Assessmentworkshop UNYFA
Assessmentworkshop UNYFA
Assessmentworkshop UNYFA
Assessmentworkshop UNYFA
Assessmentworkshop UNYFA
Assessmentworkshop UNYFA
Assessmentworkshop UNYFA
Assessmentworkshop UNYFA
Assessmentworkshop UNYFA
Assessmentworkshop UNYFA
Assessmentworkshop UNYFA