Renforcer la résilience climatique et la capacité d’action des organisations paysannes en Afrique australe

De Christoph Bracher

Le secteur agricole en Afrique australe est confronté à des défis majeurs : il est déjà fortement touché par les effets du changement climatique et un grand nombre d'autres thèmes d'importance stratégique nécessitent des solutions adaptées localement et tournées vers la mise en œuvre. Les organisations paysannes (OP), en tant qu'acteurs soutenus par leurs membres, devraient jouer un rôle clé dans ce domaine. Cependant, des capacités thématiques et organisationnelles insuffisantes empêchent trop souvent les OP d'aborder les défis de manière (pro)active. Dans le cadre d'un nouveau projet avec la SACAU, (Confédération des syndicats agricoles de l'Afrique australe), l'organisation faîtière de 19 associations nationales d'agriculteurs en Afrique australe, et avec le soutien du BMEL, les capacités des OP seront renforcées en matière de résilience climatique, de thèmes stratégiques et de développement organisationnel.
Die Teilnehmenden des Steuerungsgruppentreffens (v.l.n.r.): Janina Schick (GFA), Erik Schneider (BMEL), Benito Eliasi (SACAU), Ishmael Sunga (CEO SACAU), Dr. Misheck Musokwa (SACAU), Christoph Bracher (AHA), Dr. Andreas Quiring (CEO AHA). Nicht im Bild: Leonie Lütke Drieling (BMEL).
Die Teilnehmenden des Steuerungsgruppentreffens (v.l.n.r.): Janina Schick (GFA), Erik Schneider (BMEL), Benito Eliasi (SACAU), Ishmael Sunga (CEO SACAU), Dr. Misheck Musokwa (SACAU), Christoph Bracher (AHA), Dr. Andreas Quiring (CEO AHA). Nicht im Bild: Leonie Lütke Drieling (BMEL).

Les effets du changement climatique provoqué par l’homme se font déjà nettement sentir en Afrique australe et continueront de progresser à l’avenir. Les températures moyennes ont augmenté, rendant les vagues de chaleur plus probables. Le début et la durée des précipitations saisonnières ont changé, et les sécheresses et les inondations sont plus fréquentes. En Afrique australe, l’agriculture est l’un des secteurs les plus touchés par les effets du changement climatique. Le renforcement de la « résilience climatique »1 – la capacité de résistance aux effets du changement climatique – est considéré comme particulièrement important pour l’adaptation aux effets du changement climatique. En tant qu’organisations basées sur leurs membres, les OP sont prédestinées à jouer un rôle actif et prépondérant dans la conception d’un secteur agricole résilient au changement climatique en Afrique australe.

Outre le changement climatique, le secteur agricole en Afrique australe est confronté à de nombreux autres défis, tels que la prédominance de l’agriculture de subsistance avec des niveaux de production très bas, une faible valeur ajoutée, une mécanisation limitée, des questions foncières non résolues, des infrastructures insuffisantes ou des réglementations commerciales défavorables. Cependant, de nombreuses organisations paysannes ne sont actuellement pas en mesure d’assumer leur rôle central d’acteurs du changement. Les raisons en sont par exemple des capacités organisationnelles, financières ou techniques limitées, une faible base de membres ou une faible orientation vers les services.

C’est là qu’intervient un nouveau projet de la Southern African Confederation of Agricultural Unions Southern African Confederation of Agricultural Unions (SACAU), mené conjointement avec l’AHA et financé par le ministère fédéral allemand de l’Alimentation et de l’Agriculture Bundesministeriums für Ernährung und Landwirtschaft (BMEL). Sur une période de trois ans, des représentants des OP se réunissent lors de séminaires virtuels (jusqu’à sept par an) et lors de voyages d’étude afin d’identifier ensemble les défis, de renforcer les expertises et de développer des solutions. Alors que la création de certaines OP d’Afrique australe remonte à moins de 10 ans et que leur impact reste faible, d’autres existent depuis plus de 100 ans et contribuent à façonner avec succès le secteur agricole dans leurs pays respectifs. Les expériences existantes sur la manière d’organiser durablement et efficacement une OP dans le contexte local sont d’autant plus nombreuses. Ces expériences doivent être partagées entre les OP afin de les renforcer dans leur rôle. Cependant, le thème de la résilience climatique est relativement nouveau pour toutes les OP. La mise en place d’une « Community of Practice on Climate Resilience » régionale, (Communauté de pratique sur la résilience climatique), doit donc permettre de créer une plateforme dans le cadre de laquelle des représentants d’OP et des acteurs de la recherche et de l’économie développent ensemble des solutions pour renforcer la résilience climatique des agriculteurs et des agricultrices en Afrique australe. L’orientation vers les membres revêt ici une importance capitale, car ce n’est qu’en s’appuyant fortement sur les besoins réels des agriculteurs que ceux-ci seront davantage disposés à accepter les services développés et, dans l’idéal, à payer les OP pour les fournir. Cela renforce à son tour la durabilité financière des OP et leur permet d’être moins dépendantes des financeurs et de défendre davantage les besoins de leurs membres – les agriculteurs et agricultrices.

Des représentants d’OP allemandes et de centres de recherche et de technologie devraient également jouer un rôle important dans les échanges. Malgré des conditions générales différentes, l’agriculture allemande est également confrontée à des défis importants en ce qui concerne la résilience climatique ainsi que d’autres thèmes stratégiques tels que la numérisation ou la jeunesse. L’implication d’acteurs allemands doit élargir les échanges à des perspectives complémentaires et permettre un apprentissage mutuel dans un contexte Nord-Sud. Afin de renforcer encore l’interaction mutuelle, des experts d’Afrique australe seront également impliqués dans les échanges.

Actuellement, le projet se trouve dans sa phase de lancement, au cours de laquelle les défis et les besoins des OC et de leurs membres seront mieux cernés et les activités à venir orientées en conséquence. Dans ce cadre, la première réunion du groupe de pilotage a eu lieu fin avril dans les locaux de la SACAU en Afrique du Sud. A l’occasion de cette rencontre, une délégation de l’AHA, du BMEL et du GFA Consulting Group s’est rendue à Pretoria en tant que déléguée générale du BMEL pour les projets de coopération bilatérale. Toutes les parties prenantes se réjouissent de soutenir l’évolution du projet vers un secteur agricole plus résilient face au changement climatique, grâce à des organisations paysannes renforcées et orientées vers les besoins de leurs membres.

Lien vers la fiche de projet (en allemand) :

Lien vers le site du projet (en allemand) :

 

 

L'auteure

Christoph Bracher

Chargé de Programme International